Seppois-le-Haut
Obersept

Pfenscht Pleppel, Pfingblebbel ou Morchi

La tradition veut que il y a bien longtemps, dans un Sundgau très pauvre, les forêts étaient hantées, investies de brigands et de créatures mauvaises, sales et méchantes qui le soir sortaient voler les fermes avoisinantes et qui terrorisaient les enfants.

 

Poules, lapin, oeufs, beurre... tout y passait.

Ils étaient la cause de tous les malheurs, du froid, des intempéries et de l'hiver...

Mais le printemps revenu, au lundi de penecôte, les jeunes du village partaient courageusement capturer l'une ou l'autre de ces créatures (ou peut être l'un des jeunes était grimmé, à l'aide d'un bouchon noirci au feu, allez savoir?)...et une foi le bouc emissaire fait prisonnier, on l'exhibait aux villageois, qui recompensaient en théorie avec des oeufs, du beurre, mais le plus souvent des friandises, ou des piècettes d'argent

 


 
 La troupe menait grand bruit et chantait

Mech ha’n d’r Pfengst Pleppel g’fang

Met Stacka uns met Stanga

Gassla uff und Gassla ab

Sammla Eir und Anka


J'ai trouvé le Pleppel de Pentecôte

Avec le bâton ou avec la perche

La ruelle vers le haut, la ruelle vers le bas

Je fais collection d'oeuf ou de beurre.


Trouvé sur internet, la photo du Pfenscht Pleppel de 198


Il parrait que dans les années 70, et avant, le Pleppel était vêtu de sac de jute, décoré de branches et de feuilles.

Pour enrichir le site, nous serions ravi d'avoir d'autres témoignages et d'autres photos.


Pour qui s'interesse à la religion des celtes, la proximité de la pentecôte rappelle l'une des 4 grandes fêtes celtes : beltaine ou bealtaine, ou beiltaine, qui se fêtait la premiére nuit de la pleine lune de mai. C'est le pendant de samain, dont nous allons parler à une autre page.

Dans le calendrier des celtes, c'est la troisieme grande fête de l'année. Elle célèbre le retour des beaux jours, des temps de chasse et de raids et de conquête pour les guerriers, le temps des travaux agraires et champétres pour les agriculteurs. Elle est fêtée à la pleine lune de mai.

belenos, le dieu solaire


Du coups, on a peut être la vraie photo du sale type qui vole tout


On a lui, Belenos, le dieu solaire des celtes, qu'on fête a Beltaine

La racine indo européenne bhel signifie brillant, brûlant. 


cernunnos ou carnonos

Voici un autre bon candidat : Cernunnos, probablement un dieu de l'abondance : il est souvent représenté avec un torque à la main et au cou, le torque étant un objet de protection. Souvent aussi avec une bourse. Peut être le Dis Pater que César évoque dans la guerre des Gaulles?


Divinité sage, il est assi en tailleur. Jambes très poilues, ou parfois vétu de braies.

Ici, il tient le serpent à tête de bélier... un être chthonien, sans doute l'ancêtre des dragons gardiens de trésors.


Cernunnos le tient pour l'obliger à donner ses trésors, et répandre ainsi l'abondance autour de lui....

Cette abondance de la forêt généreuse pour les chasseurs cueillieurs... qui se donnait de soi.

A Beltaine, Cernnunos était réputé se marier. 

Il n'est pas rare que le christianisme ai greffé ses fêtes sur celles des peuples qu'il voulait convertir, mais en inversant les symboles.

Ce n'était probablement pas une bonne idée que les convertis se souviennent d'un ancien dieu comme d'un bienfaiteur... Mieux vallait ternir un peu sa réputation.


Enfin... tout celà, c'est des spéculations... si un historien pouvait confirmer ou infirmer...nous completerions cette histoire de ses observations.