Seppois-le-Haut
Obersept

Le Sundgau, une terre de légendes.

Le Sudgau, comme le dit si bien l'office de tourisme, c'est une terre de légende.

Et notre petit village ne déroge pas à la tradition. 

Pour qui veut s'en rappeler, il est peuplé de petits êtres étranges, tantôt bénéfiques, tantôt maléfiques... qui se cachent parce que les humains sont trop indiscrets, ou qui s'enhardissent pour prendre ce qui n'est pas à eux;

Il y a aussi des traditions qu'on croit être une chose, mais qui quand on se penche dans la nuit des temps pouraient être tout autre chose....

 Il y a aussi les petits faits qui parlent d'habitudes, de traditions, de points de vues qui font l'esprit d'un endroit.

Nous en faisons ici une somme qui n'est pas exhaustive, et que nous invitons chacun à completer un peu... avec ce qu'il sait.

De ce qui est dit ici, on ne peut pas tout prendre pour argent comptant. Pour les Celtes, l'écriture, fait religieux et sacré, était réservée au druides. Des choses se sont faites et transmises, venues de lointaines contrées. Des peurs se sont dites, d'un peuple à l'autre... et des rituels pour les surmonter. Mais personne n'a écrit les raisons qui les ont motivés à l'origine de ces rituels.

On trouve parfois trés au loin de nos contrés des rituels qui ressemblent à ceux de nos proches anciens...pratiqués à peu prés aux mêmes dates calendaires.

L'histoire et les guerres, qui ont portant boulversé et marqué lourdement tant de térritoires et de cultures, n'en sont pas venus à bout.

Aussi quand une légende indoue ou une coutume polonaise sonnent un peu comme l'une des notres, qu'une tradition parle de petits êtres bénéfiques ou maléfiques, et les décrit peu ou prou avec les mêmes attributs, du fin fond de la Norvège ou de la Russie jusqu'aux confin des îles Anglo saxonnes, c'est qu'elle doit venir de fort loin, de nos racines Indo européennes, de bien au delà du temps des grecs ou des romains, de bien avant les Hittites et les Egyptiens.

Ici, c'est juste une collection de bribes éparpillées, de fragments décolorés et rafraichis à la mode d'autres cultures de choses trés anciennes, dont la vraie mémoire s'est perdue à jamais.

Pourtant ces particules sont bien là... et pèsent lourd sur nos façons de faire, sans que nous en ayons conscience. Nous sommes tous de quelque part... et ce quelque part nous marque aussi par ses mythes. Bien plus profond que les petites traces qui s'estompent.

Voilà pourquoi il faut les garder... les examiner meticuleusement, pour bien comprendre qui nous sommes et ce que nous faisons.

Ce travail là est spécial. Aux confins de la raison. Et il ne peut pas être fait précisément et exactement. Il y a forcément une part d'erreur et d'ombre.

C'est une interpretation libre, livrée là à la reflection de tous, pour que les traces aussi légères et infimes que les grains de pollen, puissent porter de bons fruits, et pour que le legs soit transmis à ceux qui viendront.

Car ces choses se perdent, à mesure que les derniers qui les ont vu faire disaraissent. Elle n'ont presque plus sens.. elle n'auront bientôt plus d'existence, mais continueront pourtant à influencer un temps nos mentalités, sans que nous sachions pourquoi.

 

Les Arma Seela Lüter

Les Võgele

La procession du dimanche des rameaux

Le Vendredi Saint

Pâques

Le Pfensch Blebbel

La Goummy Vievala

Les conscrits

La fête Dieu

Un voeux mystérieux

Le gleckhampfala

La Saint Nicolas