Grotte du Mannlensfelds
 

Principales voies et grands centres romains dans le Haut Rhin
 

 

 

Seppois-le-Haut
Obersept

Une histoire ancienne

Cette page est en construction... et nous prendra sûrement un peu de temps pour être complete : nous vous demandons un peu d'indulgence

La pré-histoire et la période celte : de -400 000 avant J.C. à -63


Des vestiqes du paléolitique ont été trouvés à Bendorf, Hirtzbach, Oberlarg et Raedesdorf, et attestent que le Sundgau était déjà peuplé il y a 500.000 ans. La grotte du mannlesfelden à Oberlag a connu des habitants il a 7500 ans et 4500 ans.

 Au Kastelberg, à KOESTLACH, des fouilles sont en cours pour determiner de quand date le mur d'enceinte du lieu. Les archéologues y ont retrouvé récement des vases et des objets en pierre taillée qui semblent le dater d'environ 4500 ans. Un tumulus y a été fouillé, où on a trouvé, avec des restes humains, ceux d'une tête de cheval et des squelettes de chiens.

 

Des peuplades issues des régions du Danube ont progressivement introduit l'agriculture, la fabrication de huttes, le bronze... et l'habitude d'incinerer les morts.

 

Puis, à partir de 750 avant notre ére, vinrent les Celtes, cavaliers armés de fer, qui eux pratiquaient la sépulture des morts, étaient bons charrons et bons tonneliers, et se retranchaient derriéres de puissants opidums, comme Vesunsio pour les Sequanes, qui dominérent le Sundgau jusqu'en 63 avant JC ou comme le Britzgyberg à Illfurth.

Volontiers mercenaires, ces cavaliers jetèrent les premiers fondements d'une culture féodale. Présentés ainsi, les Celtes peuvent sembler une entité puissante et structuré. En fait ils se distinguent en nombreuses tribus, qui ont toutes des prétentions téritorriales assez marquées. Pour ce qui concerne l'Alsace, elle était le fruit de la convoitise des Eduens et des Sequanes, qui se la disputaient de longue date, jusqu'au momment où les Sequanes eurent la mauvaise idée de demander l'aide des Suèves, tribu Germaine commandée par Arioviste, qui se dedomagea en annexant completement le sud de l'Alsace et la plaine dés -63, non sans il est vrai avoir réduit quasiment à néant la cavalerie Eduéenne, et contraint les Eduens à laisser de nombreux otages au Séquannes.

En -60, peu satisfaits de s'être fait dépouiller, les Sequannes se ralient aux Eduens pour chasser Arioviste. Mal leur en prend : les Germains infligent une défaite sévère aux Gaulois, et annexent un tier du térritoire restant au Séquannes. 

Les Eduens invoquent alors leur aliance avec Rome, qui réfléchit un bon momment à la question, puis finit par envoyer un certain Julius Caïus César, avec 4 légions, régler le probléme, en -59. Arioviste est défait.. La guerre des Gaulles est lancée...

Carte géopolitique de la Gaule en 58 avant JC

On en vient à un moment où les Helvetes, se sentant menacés par les Germains  qui eux mêmes avaient été bousculés plus à l'est par les Cimbres, décident de migrer pour se rendre en Aquitaine où les Santons leur proposent un territoire au bord de la Gironde. Ils incendient leurs villages et récoltes pour être sûr de ne pas revenir en arriére, en mars 58 avant JC

 

Pour se rendre à bon port, ils n'ont que deux possibilités : soit passer par la Gaule Cisalpine et la Narbonnaise, que les Romains considérent comme leur grenier à blé depuis plus de 60 ans, soit passer par le territoire des Sequannes et des Eduéens.

 

Ils demandent d'abord passage aux Romains, mais ceux ci, craigant que les dégats liés à la marche de 360 000 personnes dont 96 000 combattants aguéris n'entrainent des troubles, réservent leur réponse au 13 avril, profitent du délais pour rassembler 6 légions, battissent un mur de 5m de haut et long de 28 km entre le Lehman et le Jura, et finissent par leur opposer un refus.

 

Les Sequanes et les Eduens eux aussi craignent de se voir envahis, et leur refusent le passage demandé. De là une série impressionnante de péripeties, d'alliances qui se font et se défont...

 Versingétorix d'Auguste BARTHOLDI : nos ancétres les gaulois... oui, mais pas que!

Ne vous en faites pas si vous n'avez pas tout suivi... la chose à en retenir, c'est que cette suite d'évènements précipités permet aux Romains, sous le commandement de Cesar, de s'installer, au terme de 5 campagnes, pour 4 siecles le long du Rhin. Le commandant les a narrées pour le sénat romain, et c'est encore édité de nos jours sous le titre "La guerre des Gaules".

  

Suite                                                                                                      retour