La Souabe après les conquêtes d'Henri l'Oiseleur
 

Le Saint Empire Romain Germanique, à ses origines
 

 

 

Seppois-le-Haut
Obersept

L'Alsace et le Saint Empire

925 à 1125

 

Nous avons vu comment l'Alsace entra, sous le régne du saxon Henri l'Oiseleur dans les possessions de la Franquie Orientale.

De son temps, 4 duchés établis sur des bases etniques composent le royaume de germanie : La Saxe, où se trouvent une majorité de saxons, la Franconie, sous domination des francs saliens, la Souabe des alamans, et la Baviére des bavarois.

 

A son decès, le 2 juillet 936, son jeune fils, Otton premier dit le Grand, est élu à la tête du royaume et couronné le 7 août à Aix La Chapelle. Il oeuvrera pour que son royaume prenne le pas sur plusieurs entités politiques (outre la Souabe, Franconie, Bavière, Saxe, il étendra son regne sur les deux Loraines (Lotharingies), une partie de l'Italie(Lombardie, Toscane, les marches de Véronne, Spolete, les états pontificaux..., la Boheme, la Moravie, les marches de l'est et du nord...) pour constituer ce qu'on appellera le saint empire romain germanique. Il épouse en secondes noces Adélaïde de Bourgogne pour empêcher un autre remariage, qui donnerait un héritier légitime au royaume d'Italie.

 

Luttant aprement contre les Slaves et les Magyars à l'est, il dénoue de nombreuses intrigues tant dans le royaume qu'en Francie occidentale, où Louis IV d'outremer ne rêve que de reprendre le contrôle d'Aix La Chapelle.

 

Otton Ier recevant la soumission de Beranger

Comme l'avaient fait Charles Martel et Charlemagne, Otton se posera en protecteur du pape, l'aidant contre Beranger II qui se proclame roi d'Italie et lui refuse le serment vasalique. Il le soumettra et le retiendra prisonnier à Bamberg, en Baviére. Celà lui vaudra de se fera sacrer Empereur le 2 frevrier 962 par Jean XII.

 

Mais il ne se contente pas de reconnaitre les privilèges papaux. Il entend recevoir de ce dernier un serment, en tant qu'hèritier des charges de Lothaire I.

 

 Roi élu, Otton est sous la constante menace d'intrigues ourdies par de puissants vasaux qui souhaiteraient donner un caractère héréditaire à leur pouvoir. Aussi se doit-il de faire montre de beaucoup d'autorité.

 

Ainsi notre Sudgau se serait trouvé sous le gouvernement de Gondran le Riche, Comte du Sungau, d'Aargau, d'Altenburg et de Vindonissa, se disant comte d'Alsace, et peut être ancètre de la lignée des Habsbourgs. Ses terres se trouvant sur le chemin entre Aix la Chapelle et la Lombardie, et celui-ci se montrant peu enclin à reconnaitre l'autorité de son souverain, il est convaincu de haute trahison à la diéte d'Augsbourg, en août 952, et dépossédé d'une large part de ses fiefs, sans doute au profit de Luitfried VII.

 

 A coté de ces confiscations aprés des révoltes échouées qu'il fait au profit de proches, (comme la Baviére et la Lotharingie au profit de son frère Henri ou la Souabe au profit de son fils Luitolf), il nomme éveques de nombreux gens de talent mais d'origine modeste, comptant ainsi à la fois se concilier l'église et mettre un frein aux ambitions des puissances temporelles établies. Se faisant sacrer roi puis empereur, il se situe entre les deux puissances, celle temporelle des nobles guerriers, et celle spirituelle des éclésiastiques. Roi voyageur, il n'établit pas de capitale, mais en perpetuel mouvement, il se fait accueillir avec sa cour là où les besoins de sa politique l'appellent. Mais il veut aussi avoir un oeil constant sur les puisssant duchés et comtés, en les soummetant à la tutelle d'un comte palatin.

 

Il fonde ainsi les bases d'un empire que les ottonides conserveront jusqu'en 1002. Leur succéderont des empereurs saliens (issus de Franconie) jusqu'en 1125, puis les Hauenstaufen initieront leur reigne avec Frédéric  1er Barberousse, Suivis par les Habsbourgs, qui s'alieront avec la maison de Luxembourg.

 

Suite                                                                                                      retour