Le royaume Franc à la mort de Pepin le Bref.
 

Expansion de l'empire Franc
 

Le leg de Lous le Pieux à ses fils survivants.
 

 

 

Seppois-le-Haut
Obersept

Avènement des Carolingiens, jusqu'à la partition de l'Empire

De 639 à 925

 

Bien que Dagobert ai fait tout son possible pour l'écarter, présageant que ses ambitions amèneraient la fin des Mérovingiens, Pépin de Landen finira par accéder à la mairie du palais d'Austrasie en 639, jusqu'en 640, date de son décès.

 

En 640, un évenement important pour l'Alsace. Pour faire face au prétentions du puissant  Duc de Saxe Alemanie, le roi d'Austrasie Sigebert III (sans doute sous influance du Maire du Palais) nomme le premier Duc d'Alsace, Gondoin I qui avait fondé l'une des toutes premiéres abbayes Franques dans le territoire Alaman, Moutier Grandval (Granfeld). Nordgau et Sundgau sont fusionnés, le pouvoir du Duc, de l'Evèque et du Domesticus sont concentrés sur Strasbourg.

 

etichon aldaricLe troisieme duc d'Alsace, nommé en 662 par Childéric II sera un noble comptant des ancètres de haut rang dans toutes les ethnies du royaume : Alamands, Francs, Gaullois,  Romains et Burgondes. C"est Etichon Aldaric. Profondement croyant, il établira plusieurs grands monastéres sur son duché. Il fait construire le chateau de l'Hohenbourg, un palais d'été, qu'il léguera en 700 à sa fille, Sainte Odile. Elle s'y établira, avec 130 moniales pour la plus part d'ascendance noble, et par le rayonnement de son monastére deviendra la sainte patronne de l'Alsace.

Ce trés puissant personnage, par les alliances qu'il noue et dénoue, acquiert peu a peu une influance considérable. Les rois et maires, trop occupés à leurs querelles, le laissent faire à sa guise sur ses terres.

Au point qu'il s'arrange pour que les contés du Sundgau et du Nordgau reviennent à ses proches parents... et que le Duché se transmette par voie héréditaire, ce qui est contraire aux moeurs de l'époque. Le roi en effet disposait des fiefs des ducs et contes à sa guise, et la possession d'un fief était la plus part du temps chose trés précaire. 

 

Revenons un peu en arriére, à Pépin de Landen, qui ouvre la succession de la Mairie des palais puis du royaume à ses descendants : son fils Grimoald, son petit fils Pepin de Hertal, pére de Charles Martel.

.

Charles Martel, en combattant les sarrasins à Poitier le 25 octobre 732, comprendra l'avantage d'une armée de cavaliers bien entrainés sur une troupe à pied formée d'hommes libres, levés seulement en temps de guerre, tenus d'entretenir leurs armes, difficiles à ressembler et moins mobiles. charles martel

Il décida donc de donner des lopins de terres, nommés bénéfices, à ceux qui accepteraient d'entretenir un cheval, de s'entrainer au combat à cheval, et de faire serment d'allégence.

Les volontaires furent nombreux, et les nobles, riches propriétaires terriens, comprenant tout l'interet que pouvait avoir pour eux l'entretient de telles troupes n'hésitérent pas. Le nom de bénéfice fut assez vite abandonné pour celui de fief.

  

Charles Martel veille à avoir d'excellentes relations avec le pape Zacharie, lui prommetant de le défendre contre les lombards, aussi bien que contre les représentant des empreurs de Bysance.

A sa mort en 741, ses deux fils, Carloman et Pepin, dit le bref, reçurent chacun la mairie d'une partie du royaume. Carloman finit par se retirer dans un monastére, laissant Pepin libre de gouverner comme il l'entendait l'ensemble du royaume Franc.

Pepin, fidèle soutient du pape Zacharie, se voit récompensé de son aide en 750 : le pape prétendit qu'en toute bonne logique, il fallait que celui qui détenait effectivement le pouvoir l'excerce. Childeric III, roi légitime, fut donc destitué, et Pepin fut sacré le premier roi Carolingien par l'éveque Saint Boniface, en 751, aprés son éléction par les élites Franques.

Un nouveau sacre aura lieu le 28 juillet 754. Etienne II, tout en le confimant dans son rôle de protecteur de l'église, consacrera l'aspect divin du régne des rois Francs Carolingiens. L'éléction ne fait plus que confirmer que le roi est l'élu de Dieu.

Pepin saura se montrer reconnaissant : il conquiert l'exarchat de Ravenne pour le pape, puis entreprend de faire sortir les Sarrazins hors d'Aquitaine, met 7 ans pour reprendre Narbonne, en 759, puis il lui faudra 8 ans de guerre acharnée pour faire plier les seigneurs d'Aquitaine.

Pour ce qui concerne le Sundgau, Pepin a mesuré tout le danger que représentait pour sa couronne un duché d'Alsace trop puissant. La dignité ducale est éteinte sous le reigne de Luitfrid Ier, petit fils d'Etichon Adalric. Mais pendant 200, sa descendance continuera de regner sur le Sundgau.

 A sa mort, Pepin, lègue un royaume reconquis à ses deux fils, Charles et Carloman.

 

Carloman décede en 771. Charles, qui devindra Carolus Magnus, Charlemagne,  cloïtre aussitôt ses neuveux, et prend l'entier royaume Franc sous sa coupe. 

CharlemagneRoi puis empereur éclairé, il parle 4 langues : le parler de Neustrie, ancètre du Français, celui d'Austrasie, racine de l'allemand, le grec Bysantin et le latin parlé par l'église Romaine. On est pas sûr qu'il ai su lui même écrire, mais il instaure l'école du palais et oblige chaque évéché à former des jeunes laïcs pour former les élites dont il a besoin pour le représenter et gouverner un royaume aussi étendu, et tenir la dragée haute à la noblesse et aux riches propriétaires fonciers.

Il fera de son mieux pour développer la culture, mais peut être pas de façon tout à fait désintéressée. Son régne étant trés étendu, on y parle une multitude de langues. S'il veut pouvoir administrer éfficacement, il faut que ses administrateurs puissent partager des informations par une même langue, des frontiéres slaves au fin fond de l'aquitaine. Il veut donc des representants maitrisant tous parfaitement le latin, déjà langue commune pour toute l'église romaine..

Vaillant guerrier, il se bat dans l'actuelle italie, et devient roi des Lombards en 774, surtout pour complaire au pape menacé par l'exarchat  et est couronné empereur en 800 par Léon III, relevant une dignitée disparue depuis 476 en occident. Il soumet brutalement et christianise  les Saxons restés à l'est de l'Austrasie au terme de luttes d'une rare violence, et portera le fer en espagne contre les musulmans. 

 

Ce sacre en tant qu'empereur n'est pas anodin. Il acte le déclin de l'empire Bysantin, mis à mal par les guerres contre les musulmans et désormai incapable de proteger Rome. Il fonde le Saint Empire Romain Catholique, et place Charlemagne en protecteur du pape en lieu et place de l'impératrice Iréne, qui protestera d'abord, puis lui proposera le mariage en 802. L'imperatrice destituée, il faudra attendre 813 pour que l'empereur d'orient Leon V reconnaisse véritablement ce titre d'empereur d'occident.

 

Son fils Louis Ier le Pieux, dernier survivant au terme du regne de l'empereur, n'a ni le charisme, ni la clairvoyance de son pére. Charles pend bien soin de lui faire reconaitre le droit de garder le titre, et definir les rêgles qui doivent administrer l'empire, mais Louis commet une série de maldresses qui mettront à mal la pérénité de l'empire franc.

La premiére fut de vouloir régler trop tôt sa sucession dés 817. Il a alors 3 fils, Lothaire, Louis et Pepin. Lothaire est destiné à régner sur l'empire, et ses deux frêres auront la Baviére et l'Aquitaine.

 

Mais en 819, nait de son union avec Judith de Baviére un autre fils, Charles.

La reine obtient un nouveau partage en faveur du dernier né, ce qui amméne Lothaire et ses deux fréres à se révolter, et à faire destituer Louis I en juin 833. Bientôt les deux cadets regrettent d'avoir donné tous les pouvoirs à l'ainé, et rétablissent Louis le Pieux en 835.

A sa mort, Pépin disparu, il reste 3 fils survivants. Lothaire qui obtiendra la partie centrale de l'empire, Louis le Germain, qui obtindra la Franquie orientale ou Germanie, et Charles le Chauve, qui aura la partie occidentale.

Le territoire de Lothaire comprend l'Alsace, mais deux de ses enfants perrisant rapidement, le dernier, Louis II le jeune sera spolié par ses oncles alors qu'il mêne bataille contre les sarrasins en italie. Réunie à la Germanie en 870, par le traité de Meersen, la Lotharingie, et donc l'Alsace, changérent plusieurs fois de mains, entre Francie occidentale et Francie orientale, aussi dite Germanie.

En 925, Henri l'Oiseleur finit par reprendre la Lotharingie pour la Germanie, et en sépara l'Alsace, qu'il rattacha au duché de Souabe. De là, elle fut rattachée au Saint Empire Romain Germanique par son fils Othon le Grand, en 962.

 

 suite                                                                                                          retour