Classe de l'instituteur Hilaire HINZY, après la première guerre mondiale
 

Monsieur Christophe TACCHI s'est fortement impliqué dans la mise en place de l'école numérique rurale, développant par lui même de petites aplications.
 

 

Plantation d'arbres prés de l'église, avec l'association des arboriculteurs de Pfetterhouse
 

Construction du nid à cigognes, avec l'APRECIAL
 

Quand les artistes veulent bien animer, les enfants vont voir les expostions à la chapelle.
 

 
 

 

Seppois-le-Haut
Obersept

L'école primaire

L'école primaire est un lieu important pour notre village.

Le lieu où notre jeunesse est formée, tout d'abord.

Mais aussi l'endroit où se tissent les liens forts entre jeunes citoyens que nous espérons voir peupler et construire le Seppois de demain, que leurs familles soient implantées de longue date, ou qu'elles soient venues s'installer depuis peu.

Et encore, comme Rousseau le décrivait déjà dans l'Emile, un lieu où faire toucher du doigt dés le plus jeune âge une connaissance pratique de l'environnement, du milieu, de la biologie, de la géographie, de l'histoire, de l'économie, où structurer une personalité bien enracinée dans des réalités concretes qui l'entourent.

Voici un exemple du travail qu'il s'y fait, dont les enfants et les instituteus peuvent être fiers

Où faire une tête capable de raisonnements bien faits qu'une tête inutilement remplie de futilités.

La municipalité est trés sensible aux bonnes conditions de travail des classes, et investit réguliérement tant dans l'entretien des bâtiments que dans le matériel le mieux adapté aux besoins des enfants. Elle a été l'une des toutes premiéres à équiper l'école de la classe numérique rurale.

En 2009 malgrés l'engagement du maire, des adjoints et des conseillers, malgrés la mobilisation des parents et des villageois, une clase a été perdue.

Sous couvert de l'interet des enfants et de la raison économique, l'éducation nationale conduit à marche forcée les collectivités publiques térritoriales vers des concentrations et des regroupements scolaires sans mesurer le réel enjeu d'une école de village.